Communiqué sur RPCLE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
du réseau Les Lettres Européennes

Le 6 février 2010 à Lille s’est réuni le Jury de sélection des écrivains pérégrins 2010 du programme « Résidence Pérégrine de création littéraire européenne : formation du citoyen européen par la médiation culturelle et la pédagogie », validé et financé par la Commission européenne – Direction Générale éducation et culture.

Le concept de la Résidence Pérégrine de création littéraire européenne renoue avec la tradition du clerc vagant au Moyen Age, et s’inspire du prototype humaniste de l’intellectuel européen que fut Erasme.

Il s’agit, pour l’écrivain pérégrin qui s’implique dans cette initiative, de s’ouvrir à d’autres cultures, langues, traditions, tout en exportant les siennes propres. Cette pollinisation croisée des idées et des imaginaires, cette décentration du point de vue accoutumé permettent à l’écrivain, une fois rentré chez lui, d’enrichir son matériau littéraire et de féconder sa création.

En outre, grâce aux liens personnels et professionnels noués lors de ce séjour, pourront se développer par la suite des échanges à double sens qui jetteront les bases d’une nouvelle République des Lettres. Bien entendu, il en va de même pour les écrivains résidents locaux qui participent au projet.

Quant aux Résidences Pérégrines, en accueillant des écrivains à la renommée établie, en contribuant à faire découvrir leur oeuvre de manière innovante, mais aussi en intégrant un réseau de structures-soeurs, elles bénéficieront d’un élargissement de leur aura ainsi que du prestigieux label de la Commission européenne.

Le Jury était constitué de la commission des Lettres Européennes porteuse du dossier (Guy Fontaine et Maryla Laurent – membres du bureau des Lettres Européennes, et Sophie Képès – coordinatrice du programme RPCLE), de Martine De Clercq – Recteur f.f. de l’Université Catholique de Bruxelles (HUB-KUBrussel), et d’un délégué de chacune des 5 Résidences labellisées RPCLE :

- le Réseau néerlandophone Het Beschrijf (Belgique) ;

- la Résidence de Ventspils (Lettonie) ;

- la Maison de Jules Verne (Amiens, France) ;

- la Cité Scolaire des Flandres (Hazebrouck, France), qui promeut un enseignement de Lettres et Cultures d’Europe ;

- la Résidence Cyprian Norwid (Nowy Sacz, Pologne).

Les 13 écrivains qui séjourneront par binômes dans l’une de ces Résidences entre mars et juillet 2010 sont : Frank Adam (Belgique Néerlandophone), Soumya Ammar-Khodja (Algérie-France), Ippolita Avalli (Italie), Ingmara Balode (Lettonie), Nicolas Bokov (Russie), Gabor Csordas (Hongrie), Jacek Dehnel (Pologne), Jose Antonio Garriga Vela (Espagne), Sophie Képès (France), Dominique Noguez (France), Caroline Price (Grande-Bretagne), Antonio Soler (Espagne), Agata Tuszynska (Pologne).

Cette sélection représente :

- une grande diversité linguistique : dix langues maternelles, mais en comptant les langues traduites par les écrivains ou dans lesquelles ils sont traduits, on arrive à une quinzaine supplémentaire ;

- une large palette de générations : ces écrivains sont nés entre 1942 et 1981 ;

- enfin, une remarquable variété de genres littéraires pratiqués, allant de la poésie à l’essai en passant par le roman, la nouvelle, le théâtre, ainsi que la traduction littéraire.

La plupart de ces écrivains ont reçu des distinctions et des prix importants dans leur pays.

Ils seront parrainés pendant leur séjour par des écrivains locaux qui les introduiront à la culture et au patrimoine de la région d’accueil. Ils participeront à des rencontres pédagogiques, des colloques, des événements spéciaux organisés par les Résidences partenaires. Leur expérience donnera lieu à un texte mis en ligne sur une page web spéciale du site officiel de la Commission européenne.

Sophie Képès, coordinatrice du Programme RPCLE – skepesh AT gmail.com

Guy Fontaine, président des Lettres Européennes – leslettreseurop


Cet article a été publié dans Non classé avec les mots-clefs : , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.