Journée à Hazebrouck

  • Ces trois intervenants seront rejoints à Hazebrouck par l’écrivain Boris PAHOR. La cohérence des journées de mars proposées par Les Lettres Européennes sera ainsi totale : Mme PONTY, Messieurs CYWINSKI et STRASSER adapteront le propos scientifique tenu à l’Université de Lille pour le public scolaire et le grand public rencontrés le vendredi puis le samedi à Hazebrouck. La dimension régionale, transfrontalière, européenne, les notions d’altérité, de mémoire, de syncrétisme, de plurilinguisme, de circulation des idées –bref, d’identité culturelle européenne multiple et une- qui fondent depuis plus de 20 ans les travaux de l’Association Les Lettres Européenne prennent ici tout leur sens, avec la rencontre de 3 chercheurs, avec un créateur slovène rescapé des camps de concentration.
  • Danielle DELMAIRE, Professeur émérite d’Histoire contemporaine, Membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes sera également présente.  Bibliographie : http://ngj.vjf.cnrs.fr/Bibliographies/biblio_Delmaire.htm
    Thèmes de recherche :
    • Histoire des communautés juives en France et plus particulièrement dans le nord XVIII e -XIXe siècles
    • Relations entre Juifs et Chrétiens : XIX e -XX e siècles et plus particulièrement l’antisémitisme des catholiques
  • Si Boris PAHOR (97 ans !) confirme le courrier qu’il vient de nous adresser pour Noël 2010,  sa présence est justifiée par l’étude systématique de plusieurs de ces textes dans les sections Lettres et Cultures d’Europe de la Cité Scolaire des Flandres. Un échange épistolaire entre Flandres française et Slovénie existe.  En Espagne (Catalogne), une collègue de l’Université de Barcelone a mis au travail ses étudiants. L’œuvre de Boris Pahor, la nouvelle Le berceau du monde ou la nouvelle écrite pour le recueil du CNES L’Espace coupé / Pretrgani let et, surtout le roman Nekropola (titre slovène), Pèlerin parmi les ombres (titre français)/ Pilgrims among the shadows (titre anglais) peuvent être la base d’un inépuisable matériau pédagogique européen à construire. Boris Pahor a toute sa santé et toute sa liberté, ce serait un plaisir pour lui de revenir dans le Nord de l’Europe (de la Somme à l’Escaut) et de rencontrer des jeunes. Il peut communiquer avec les étudiants en italien, en allemand, en français. Martine DE CLERCQ est intéressée pour le proposer à des étudiants Erasmus. (une nouvelle traduction anglaise originale de Nekropola vient de sortir, indépendamment de Pilgrims among the shadows). Arthur CHIMKOVITCH est volontaire pour faire travailler ses étudiants de la VUB (Vrei Universiteit Brussels) de 1ère et 2ème année en cours d’expression écrite avec accompagnement littéraire pour l’année prochaine. Une approche de l’oeuvre de Boris Pahor sera proposée aux collégiens de Cassel, encadrés par leur professeur Marc Bubert.
Cet article a été publié dans Non classé. Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.