Réactions Ippolita Avalli

Mettre sa vie entre parenthèses de temps  en temps est une nécessité fondamentale et d’une importance vitale pour un écrivain. On retrouve son rythme propre, sa respiration intérieure.

Pouvoir le faire au sein d’une ambiance aussi agréable et professionnelle, comme ce le fut pour moi la Villa Mont Noir (à l’époque où Guy Fontaine en était le directeur) et à Amiens en mai dernier, est une fête pour l’esprit, le mental et le cœur.

J’ai été accueillie avec un grand professionnalisme, une chaleur humaine et un intérêt réel pour les différents aspects de la littérature. J’ai ressenti une compréhension et une affection sincères, nées du respect pour mon travail et pour mes romans et cela  m’a réconforté et m’a redonné foi et confiance dans la signification et l’importance d’un travail difficile, solitaire et souvent sous-évalué.

Je peux dire que j’ai écrit durant cette période dans un état de grâce et d’être retournée dans le monde réel plus forte, avec un éventail élargi de lecteurs et d’écrivains, de nouveaux amis avec lesquels  je suis restée en contact grâce à une passion commune : la littérature.

Cet article a été publié dans Non classé. Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.