Souffrance et Littérature dans l’extrême oppression/ Le Monde des Livres

Souffrance et Littérature dans l’extrême oppression Editions Numilog, Collection Calliope, format 266 pages en format papier. Version téléchargeable disponible.

Téléchargez le livre :  Souffrance et littérature dans l'extrême oppression

Lancement le 4 mai 2013.  Article du Monde des Livres du 5 juillet 2013

Pour célébrer les Cent Ans de Boris Pahor, et en hommage à ce grand écrivain slovène qui vient fêter dans le Nord son année Centenaire, Les Bouquinales d’Hazebrouck accueillent, le 4 mai 2013, en présence de l’auteur, le lancement de l’ouvrage Souffrance et Littérature dans l’extrême oppression.

Outre la nouvelle Le Berceau du Monde, témoignage du rescapé des camps de la mort (le Struthof, Dachau, Dora, Bergen-Belsen) qu’était Boris Pahor le 1er mai 1945, quand les caprices de l’Histoire lui permirent de débarquer à Lille au sortir d’un train de hasard, onze autres chapitres sont proposés au lecteur :

Maryla Laurent et Olinda Kleiman, Professeurs à l’Université de Lille3 ont provoqué, pendant plusieurs années, dans le cadre du Laboratoire CECILLE (Centre d’études en civilisations et littératures étrangères), des journées d’études européennes autour de la thématique littéraire de la souffrance.

L’extrême oppression, Benvenuto Cellini l’a vécue dans l’Italie vaticane du 16ème siècle, d’innombrables familles juives, d’Autriche, de Hongrie, de l’Europe entière,  l’ont connue dans les camps d’extermination des nazis, Alexandre Soljénitsyne l’a connue dans les ténèbres du goulag stalinien, tandis que le pouvoir de Mao la faisait subir à l’auteure chinoise Can Xue….

Du 16ème siècle au 21ème siècle, du Portugal de Salazar à la Roumanie post-Ceauşescu, aussi terrible soit-elle, la douleur est cependant matricielle : elle donne naissance à de multiples témoignages qui sont autant de chefs-d’œuvre de la littérature européenne.

En langue française et sans omettre jamais un extrait en langue originale, le recueil Souffrance et Littérature dans l’extrême oppression, postfacé par Françoise Polnecq, Vice-Présidente du Conseil Général du Nord, est un vibrant hommage que rendent le Nord de la France, l’Université de Lille3 et tous les contributeurs qu’elle a su fédérer, ainsi que l’Association Les Lettres Européennes, au grand écrivain centenaire Boris Pahor et à tous ses frères et sœurs de souffrance.

Table des matières 

Cet article a été publié dans Non classé. Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.