Texte de Florian

Le cycliste vint chez l’âne et dit :

« Je ne veux plus me doper !

- Comment cela ? répondit l’âne ébahi. Parce que vous vous dopiez ?

- La question n’est pas de savoir si je me droguais ou non, mais de savoir pourquoi je veux arrêter », renchérit le cycliste.

L’âne, confus, demanda :

« Pourquoi voulez-vous arrêter ?

- Eh bien, à cause de cette cochonnerie, je ne suis plus le même homme, et, de plus, mes compétences sportives restaient les mêmes. Au final, je me rends compte que j’aime bien… perdre ! »

L’âne ne répondit rien ; le cycliste reprit :

« Vous en faites une tête, monsieur l’âne ! De toute façon, moi, j’ai décidé de faire le tour du monde et d’expliquer à la population mondiale les désavantages de la drogue ! »

L’âne vit là une occasion en or :

« Vous n’allez tout de même pas partir à pieds ? Prenez donc ma trottinette, je ne l’ai presque jamais utilisée ! »

Et c’est ainsi que le cycliste dit adieu à l’âne et part sur la route en trottinette. Mais le hasard veut qu’il roule à contresens et qu’un groupe de cyclistes fonce dans l’autre direction à une vitesse d’au moins 200 km/h : ils avaient sûrement pris des stéroïdes. Le choc fut inévitable : les seuls survivants furent ceux qui avaient pris des stéroïdes. Devant ce triste spectacle l’âne pensa :

« Y a-t-il une justice dans ce triste monde ? Je vais devoir me mettre aux antidépresseurs ! »

Florian

Cet article a été publié dans Non classé. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.