Un été en Flandre

Un été en Flandre, Date de parution : fév.2012.

Né en Angleterre en 1936, Michael Jenkins a été longtemps ambassadeur de Grande-Bretagne en France. 

Château de l’Hammerhouck (Cassel), scène du roman

Dans les années 50, l’auteur sort de son pensionnat pour passer un été en France, dans une grande maison, près de la frontière belge, où une kyrielle de vieux oncles et tantes habitent.

A peine âgé de quinze ans, le jeune Anglais débarque dans un monde clos et étranger où sont réunies une vingtaine de personnes. Chacune a son secret, son passé, ses drames et son caractère. Thérèse la douce, Alice la pingre, Lisa la réconfortante, Bob le marin déçu, Auguste le distrait et surtout tante Yvonne, la maîtresse absolue des lieux.

Le jeune garçon va découvrir, derrière les habitudes quotidiennes, un univers de confidences chuchotées, d’amours contrariées, de drames survenus pendant les deux guerres et toujours présents. Il est témoin et complice d’un passé intact, comme si le temps s’était définitivement arrêté dans ces vastes plaines flamandes.

Michael Jenkins apprendra l’amour de la vie avec ces personnages pleins de fantaisie, et n’oubliera jamais cet intermède merveilleux qu’il nous fait partager quarante ans plus tard, pour notre plus grand bonheur, dans A summer in Flanders (Un été dans les Flandres).

Cet ouvrage est tout à la fois autofiction et roman de formation. Dans sa nouvelle édition en français, parue aux Editions du Marais et désormais intitulée Un été en Flandre, le livre est augmenté de deux chapitres et d’un épilogue, traduits de l’anglais par les Lettres Européennes. Il est, de l’aveu même de l’auteur, la version la plus aboutie et la plus complète de son récit. Un été en Flandre a la force d’un classique, et rejoint l’Education Sentimentale et le Grand Meaulnes dans l’imaginaire littéraire européen.

Cet article a été publié dans Non classé. Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.